• 3 : Bouquet

    La cloche au tintement suave sonnait -peut-être les cloches d'Eros ?- et Jana entra dans le Garden Thorns.

    Ce charmant restaurant très renommé avait fait sien le thème du jardin. Heureuse coïncidence.....

    "-Vous revoilà !

     -Oui, et, pardonnez-moi d'être aussi.... gourmande, mais la réputation de ce lieu m'a, à elle toute seule, affamée, surtout après une dure journée de travail !

     -Pour être déjà venu ici, je vous conseillerai de commencer par le carpaccio de bœuf au pesto. 

     -La viande froide n'est pas vraiment dans la liste de mes aliments préférés. Je prendrais une salade vosgienne avec du chèvre chaud.

     -Excellent choix. Je commande dès maintenant du Château Margaux de 1998. C'est mon péché mignon ! "

    C'est dans cette atmosphère raffinée que se passa le repas. Une fois le dessert fini -un macaroné au fruits rouges- , les deux collègues se rendirent dans le jardin extérieur dont la magnifique fontaine faisait rêver les jeunes filles. C'est sous cette même fontaine que, selon une vieille légende urbaine, une rose aurait poussé sans la moindre terre, juste avec l'eau du bassin et de la lumière du clair de Lune. La Rose lunaire, comme certains l'appellent, serait conservée dans le bureau du propriétaire.

    Cette nuit ne pouvait s'annoncer que merveilleuse.

    C'est dans la grâce la plus naturelle que les lèvres de Rib rencontrèrent celles de Jana.

    Dans la tête de cette dernière, tout était brouillé....

    N'était-ce pas trop tôt ?

    N'était-ce pas de la folie ?

    Rib était-il un don du ciel ?

    Cependant les lèvres de Rib lui firent oublier toutes ses craintes et cette folie du nom de candeur qui coulait désormais dans ses veines lui donna l'impression d'être quelqu'un de nouveau, quelqu'un de neuf, un être d'esperance qui lui donnait des vertiges. Et lorsque leurs lèvres se séparent, elle cru mourir et le réembrassa fougueusement.

    Ils passèrent leur soirée de cette manière, tels deux adolescents éméchés par ce sentiment que les sages appellent "amour".

    Jana se sentit perdre ce sentiment lorsqu'elle dut rentrer chez elle.

    Cette nuit là, elle fit un rêve. Non, pas un de ces rêves idiots d'amour de jeunesse, non. Un rêve de futur, une quête de réalité, une soif d'Idéal !

    Elle sentit dire tout bas, aussi faible qu'un murmure, une voix grave prononcer les mots : "Je t'aime".

     

    L'amour est vite arrivé, non ? BISES Plume de Paon.


  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Mai 2015 à 11:06

    Bonjour Plume

    En effet cet amour est vite arrivé, mais qu'importe ce n'est que l'instant présent qui doit compter surtout quand on est bien  et heureuse.

    J'ai hâte de lire la suite...

    bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :